Écrits, photos...

Nouvelle 2015 : Natures mortes

Nature morte
Nature morte

Natures mortes

La fenêtre ouverte laisse entrer un peu d’air dans la salle du musée. Le rideau tendu masque la rue sans taire les bruits qui montent et apportent un peu de vie dans cet espace clos, isolé, hors du temps. Michel marche d’un pas lent, mesuré, silencieux. Une démarche en adéquation avec le lieu. Dans son costume noir, il ressemble à un corbeau. Il n’arrive pas à s’y faire à cette tenue de pingouin. Jamais il ne se serait imaginé en costume-cravate à passer ses journées à contempler des œuvres d’art. Il est gardien de musée depuis plusieurs semaines maintenant. Le travail est d’un ennui mortel, l’ambiance austère. Mais, paradoxalement, Michel aime ce décor, ce calme et ces œuvres, témoins du génie humain au fil des siècles.

Parfois, un groupe scolaire anime l’après-midi. Il faut les surveiller adroitement et supporter leurs blagues idiotes. D’autres fois, c’est une classe d’art qui vient faire quelques croquis, recueillement et concentration entrecoupés de gloussements.

Michel est étudiant en Histoire de l’Art et ce travail lui permet de financer en partie ses études, sa colocation et ses sorties. En réalité, presque tout l’argent part en boissons.

Orientation

Éric est un enfant exemplaire. Jamais un mot plus fort que l’autre, toujours la bonne réponse. À treize ans, il est très autonome. Il reste isolé et participe peu en classe, mais c’est peut-être dû à son jeune âge. Il a un an d’avance. Ses parents lui ont fait sauter une classe très tôt mais il fait preuve d’une grande maturité. Par rapport à ses camarades, il est calme et attentif. Parfois, il part ailleurs, comme emporté dans un monde onirique bien à lui, mais jamais longtemps et il est capable de raccrocher le groupe. Je ne me fais pas de soucis. C’est vrai qu’ici, au Portel, la banlieue populaire de Boulogne sur Mer, dans le Pas-de-Calais, perdu tout au Nord de la France, réussir ses études est synonyme de liberté, de vie. Sinon on devient ouvrier dans les aciéries, les pêcheries, docker ou marin au mieux. Alors, quand un jeune comme Éric a les capacités, nous faisons tout pour qu’il aille étudier à Arras ou à Lille et se préparer un avenir plus glorieux.